talk with my turntables

2004-2007 kaserne basel / theatre de vidy lausanne

Da steht er. Er, die Mutterstimme, das Original, die Matrix. Er ist der Ton, der Text, Alpha und Omega, Mega- und Metaton im Anfang und im Ganzen... Er ist der Sänger. Und mitgebracht hat er Schallplatten. Runde energiegeladene Scheiben; die in Vinylhostien gewandelten, elektrifizierten Geister seiner Stimme. Talk with my turntables ist eine Dj-Séance um einen sich eigenartig drehenden Tisch.

christian zehnder
concept, composing, performing

dèsirèe meiser
director
birgitt kempker
text

rolf derrer
visuals light

franziska bieli
stage / costumes

raphael zehnder
sound concept


presse

"...Mémoire sur vinyle à Vidy - Dans la salle du Théâtre de Vidy, une chambre noire où Christian Zehnder apprivoise, à coup de sangles, les platines jumelles qui lui font office de fauves de companie. Le musicien, marquant lorsqu'il réunissait paour le duo Stimmhorn le chant harmonique et les sons industriels, poursuit dans talk with my turntables son accroche poétique du conteporain. Ici, l'artiste suisse allemand rend compte en toute intelligence de la folie ordinaire du collectionneur de sons, qui vit de, par et dans le vinyle comme d'autres dans une tour livresque ou un laboratoire de chimie.

Son personnage de "DJ avec platines dans la tête"-son double maniaque et ironique-a la mémoire qui déborde. Ses platines tournent, délivrent des messages subliminaux que Christian Zehnder décrypte avaint de remballer ses galettes à l'esprit mal tourné. Ce DJ est un formidable animal orchestral: homme-voix qui, pour répondre aux injonctions de l'électronique, associe en son morphing vocal les babils bleus de Bobby Mc Ferrin, le velours d?Elvis, l'androgynie d'un contre-ténor; homme-bôite à rythme aussi, qui vit des éruptions de percussions dans sa cage thoracique. Christian Zehnder est élastique, physiquement, vocalement, mentalement: il y a a place, dans ce spectacle de finesse, pour les élucubrations méta-et pataphysiques, l'humor, l'absurde, et la jonglerie vocale élevée au rang d'art martial..." 

- Le Temps